Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 20:20

Les Chemins de l'Aurore (roman I) - Pacifico (roman II suite du I)- Tangakamanu (poèmes) - Contradictions d'une Civilisation (essai) - Au nom de l'Amour (échange virtuel) - Courte Biographie de Gumersindo Garcia (nouvelles) - Journal d'un Survivant Clandestin (30 articles) - Pas de Panique chez les Pélicans du Dakota (poèmes)

  

Savez-vous ce que sont des rebelles homéostasiques ? Ce sont des personnes, enfants, adolescents, adultes, filles ou garçons, pour qui la promesse de vivre libres aura toujours été vaine : ils ont été tellement manipulés et pompés qu'ils sont devenus d'éternels rebelles …mais tellement conditionnés, trompés et battus, tellement violés mentalement et physiquement, donc prisonniers, qu'ils ne pourront jamais se dégager des fers qui enserrent leur intime volonté, leurs réflexes, leur subconscient. (vk) 

 

« Tout se passe comme si la réaction homéostasique n’était qu’un moyen journalier de conservation de notre liberté, efficace contre les variations banales et de faible amplitude du milieu extérieur. Dès que l’organisme est l’objet d’agressions graves et, de ce fait, exceptionnelles, les mécanismes d’homéostasie, les seuls qu’il soit actuellement capable d’utiliser, deviennent inopérants ou fonctionnent de façon déréglée.

« Nous avons choisi la liberté journalière au prix d’un risque plus grand : l’Homme (les humains – ndlr) vit dangereusement. Nous sommes libres mais dans la prison de nos possibilités réactionnelles alors que les êtres inférieurs sont esclaves du monde, à des degrés divers, suivant le degré-même de leur évolution.

« En ce qui nous concerne, on a pu même dire que nous n’étions que des homéothermes dégénérés : nous perdons en effet de plus en plus nos possibilités réactionnelles car notre  intelligence nous fournit les moyens d’éloigner de nous certaines de ces agressions. Nous savons de moins en moins réagir, par exemple au froid, à la fatigue musculaire, au traumatisme, à la douleur, …, car nous avons imaginé pour nous en protéger, le vêtement et le chauffage, les moyens de locomotion, les analgésiques…

« Nous pensons qu’il est indispensable, dans l’étude des réactions de l’organisme humain à l’agression, de toujours avoir présentes à l’esprit ces notions : elles nous permettent de le situer par rapport au milieu et à sa place dans l’échelle animale et de comprendre les données cliniques et physio-biologiques, aussi bien que les conclusions thérapeutiques concernant les états de choc. »

(Henri Laborit – 1952 – Réaction organique à l’agression et choc)   

Partager cet article

Repost 0
Published by VICTOR KHAGAN - dans victorkhagan
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens